Une thérapie, faire du « développement personnel » 

Qu’est-ce que c’est que cette mode? 

Réfléchir sur soi-même, d'abord...

Moi-même thérapeute, j’avoue avoir du mal à comprendre cet « effet de mode » autour de la thérapie et du développement personnel qui sont devenus très tendances, un phénomène dans l’ère du temps. Un « truc » en vogue en quelque sorte. 

Oui je sais ça paraît complètement paradoxal de le dire puisque je suis moi-même dans ce domaine mais justement ! Je ne pense pas qu’on décide de se lancer dans des questionnements sur soi juste par « mode » ou parce que beaucoup de monde s’y met. 

Je crois que quand votre cerveau ne vous laisse pas en paix sur le sens de la vie, le pourquoi ce truc m’arrive encore, sur le fonctionnement des relations humaines, le qu’est-ce qui cloche encore chez moi, le pourquoi cette Terre ne tourne pas rond, le pourquoi les gens agissent-ils de manière si égoïste, le qu’est-ce que je dois (encore) faire pour m’adapter moi ici bas, le comment je peux faire pour gérer ce trop plein d’émotions qui m’envahit tout le temps…? Bref, quand votre cerveau n’arrête jamais, cela crée, au fond, beaucoup de souffrance et c’est là, je crois, tout point de départ d’une thérapie ou psychothérapie ou de tout autre type de « réflexion sur soi » (je préfère cette expression de réfléchir sur soi plutôt que de « se développer »). 

 
 

Il faut une sacrée dose de courage pour décider de changer ce qui nous fait souffrir 

La souffrance et l’envie que ça change, voilà les éléments qui peuvent expliquer pourquoi on se tourne vers ce genre de pratiques. Et puis la vie nous met aussi face à des épreuves où seul.e nous sentons que nous n’y arriverons pas (deuil, séparation, changements de vie brusques etc.). Faire appel à un thérapeute ne veut pas dire qu’on est faible ou même pire, qu’on est « malade », ou qu’on a un problème donc on doit consulter et se faire aider. Je crois que c’est même tout le contraire. Il faut une sacrée dose de courage et de conscience de soi-même pour se dire, à un moment donné, ok là je ne veux plus continuer comme ça et je ne vais pas y arriver seul.e. Pour m’en sortir, pour aller mieux, pour me retrouver moi-même j’ai besoin que quelqu’un me montre le chemin. Parce que c’est de ça dont il s’agit. La personne en face de vous, thérapeute ou psychothérapeute doit être capable de vous accompagner sur ce chemin et, personnellement, je crois qu’on ne peut accompagner que les personnes dont on a fréquenté, à un moment donné, le même chemin.

L’efficacité de la thérapie tiendra dans l’expérience - et donc pas seulement les diplômes - de la personne qui sera en face de vous

Je m’explique. 
Comment pourrai-je prétendre aider une mère qui a perdu son enfant dans un accident tragique moi qui ne suis pas mère et qui n’ai perdu personne dans un accident tragique ? Alors oui, j’ai connu la mort de membres de ma famille donc j’ai eu à affronter le deuil et je suis une personne emphatique donc oui, je suis capable de ressentir sa souffrance d’une certaine manière, mais seulement d’une « certaine » manière et cette manière est la mienne. Chaque personne est unique et chaque souffrance est donc, en toute logique, unique. 

En tant que thérapeute j’ai été formée et donc j’accompagne des personnes qui ont vécu des traumatismes différents des miens mais je ne me suis jamais sentie aussi à l’aise que lorsque les personnes avaient vécu des traumatismes similaires aux miens. Je ne peux pas dire les mêmes que les miens puisque c’est tout simplement impossible vu que nous sommes tous différents et uniques. 

Je vais me sentir à même d’accompagner et aider cette personne parce que je suis passée par là, parce que je sais ce que c’est, parce que je m’en suis sortie et que donc je sais que oui, c’est possible. L’expérience de la personne qui sera en face de vous sera déterminante dans les bienfaits qu’elle pourra vous apporter.

La solution c’est vous !

Aucun thérapeute ni psychothérapeute ni aucune personne dans le domaine de l’accompagnement ne pourra jamais vous dire qu’il a la solution à votre problème ! Ça n’est pas possible parce que la solution c’est vous qui l’avez. Le.la thérapeute que vous déciderez de consulter pourra vous soutenir sur votre chemin, vous aider à prendre du recul, vous écouter et vous accorder son attention, vous faire bénéficier de ses outils et méthodes particulières et grâce à tout cela, grâce à cette énergie, cette empathie et ces échanges d’expérience, vous y verrez beaucoup plus clair. Une petite lumière s’allumera sur votre route, à un moment donné. Vous aurez la capacité de puiser dans vos ressources alors même que vous pensiez ne plus avoir de réserves. C’est cela qui peut se passer lors d’une thérapie, c’est ça la transformation profonde qui s’opère. C’est découvrir que vous êtes capable, de vous y retrouver, de remonter la pente, avec vos propres ressources quand vous acceptez tout simplement que quelqu’un vous tende la main. Quand vous acceptez de vous faire confiance. 

 
 

Une question de feeling avec le.la thérapeute 

Pour cela, la personne que vous déciderez d’aller voir devra avoir votre entière confiance et vous devrez le « sentir à l’intérieur de vous », c’est votre corps et sa réaction qui vous dira si c’est juste ou non. Comme dans tous pleins de décisions que l’on prend d’ailleurs. Quand vous ressentez un soulagement à l’intérieur une fois qu’une décision à été prise, c’est que vous avez ressenti cet effet à l’intérieur de vous, via votre corps et vous pouvez vous y fier. C’est cette fameuse intuition et ça ne peut pas venir de votre tête qui elle va analyser, comparer, essayer de comprendre etc. 

Bref, pour une réflexion sur soi et l’envie de se transformer et de se délivrer de ses souffrances, encore une fois le feeling sera très important. Parce que pour entamer ce genre de travail, il faut être prêt.e à changer, il faut être prêt.e à se dire « ok, je décide de me donner la priorité, je décide de m’aimer suffisamment pour avoir confiance en moi et en ma capacité de transformation ». Et ça n’est pas de l’égoïsme. Comment vouloir se libérer de ses souffrances et se transformer pour aller mieux pourrait être de l’égoïsme? 

Nous allons passer toute notre vie avec nous-même, 24h/24h, ne l’oublions pas! Autant que cette personne nous soit le plus agréable possible non? 😏

© 2020 ANNE HERVOCHE. ALL RIGHTS RESERVED

Designed by iCreate by PIA